Pas de surchauffe l’été avec le panneau DualSun !


L’été est là, attention à la surchauffe ! C’est la période de l’année préférée des français et chez DualSun on avoue qu’on l’aime bien aussi… et pour cause !

De juin à septembre c’est la période magique pour nos panneaux DualSun qui produisent au maximum. L’été c’est aussi la période pendant laquelle bon nombre de personnes partent en vacances et laissent leur maison. Les propriétaires et futurs propriétaires de panneaux solaires DualSun également, ce qui les amènent à poser tôt ou tard une question. « Si je ne tire pas d’eau chaude parce que je suis absent, mes panneaux risquent-ils de surchauffer et de s’abîmer ? »

 

DualSun et sa température de stagnation

Pas de surchauffe l'été avec le panneau DualSunLes panneaux thermiques classiques montent très haut en température (jusqu’à 150-200°C), ce qui les expose à des problèmes de surchauffe sur certaines installations. En effet, le fluide qui se trouve à l’intérieur peut entrer en ébullition ce qui risque de dégrader l’installation.

Les panneaux DualSun possèdent un avantage technique considérable par rapport à ces panneaux solaires thermiques classiques. Ils ont une température de stagnation basse, qui ne dépasse pas les 75°C.

Cette spécificité résulte de choix techniques qui ont été fait lors de la conception du DualSun. En effet le DualSun n’a pas été conçu pour garder la chaleur. Il ne l’accumule pas, il ne fait que la récupérer. En face avant il n’y a pas l’effet de serre dû au survitrage qui est présent dans les panneaux solaires thermiques. Le DualSun ne possède qu’une seule vitre, il n’a donc pas d’air entre la vitre et la partie du panneau qui récupère la chaleur.

C’est un choix technique longuement réfléchi qui apporte un gage de sécurité supplémentaire et un confort évident à l’ensemble de l’installation solaire DualSun. De plus, la question de la surchauffe étant définitivement écartée, la maintenance de l’installation DualSun sera bien plus simple, ce qui fait le bonheur des installateurs !

La température de stagnation n’a pas d’impact sur la production photovoltaïque puisque sur les panneaux photovoltaïques classiques, les températures sont de 75/80°C maximum. Avec nos T°C max de 75°C, on constate qu’avec DualSun, il n’aura pas d’impacts négatifs. A noter que du point de vue des composants, un panneau PV est fait pour résister à 100°C.

 

Essais des laboratoires pour déterminer la température de stagnation du panneau DualSun

La température de stagnation du panneau solaire DualSun a été mesurée lors des essais au laboratoire TÜV Rheinland en Allemagne dans le cadre de la certification Solar Keymark. Les conditions de mesure sont une irradiation de 1.000 W/m2 et une température ambiante de 30°C. Voir les résultats des tests Solar Keymark.

Le panneau DualSun a aussi été soumis à des tests de résistance aux températures élevées au CESP, un laboratoire d’essais à Perpignan. La température de stagnation du panneau DualSun mesurée par le CESP est 72,67°C. Voir les résultats des tests CESP.

 

La température de stagnation mesurées sur des installations réelles

pas de surchauffe dualsun graphique ete

Le graphique présente l’évolution de la température maximale à l’intérieur d’une installation DualSun à Marseille. Nous observons que pendant la période la plus chaude (août), la température maximale ne dépasse pas les 70°C.

Nous avons demandé au bureau d’études Transénergie d’effectuer des mesures très précises sur les performances thermiques de deux de nos installations situées en région lyonnaise. Consultez les résultats de cette étude qui confirment également que la température des panneaux ne dépasse jamais les 70°C, même en été.

Accéder à notre fiche explicative : Pas de surchauffe avec le panneau DualSun

 

Quid des régions où les conditions climatiques sont plus chaudes que les conditions des tests (1.000 W/m2 et 30°C) ?

Même dans des conditions extrêmes, par exemple le désert du Sud d’Algérie (1.056W/m2, 42°C), les panneaux DualSun évitent la surchauffe et affichent une température de stagnation de 93°C.

L’Institut National de l’Energie Solaire (INES) explique bien le calcul de la température de stagnation selon les coefficients thermiques du capteur et les conditions ambiantes. Il propose même un outil pour faire des simulations vous-même ! (note : les coefficients du panneau DualSun avec un vent à 0 m/s sont h0 = 0,578, a1 =12,08, a2=0,00001). 

 

Partez sans stresser !

Cette température de stagnation basse est avantageuse en cas d’absence du domicile. Quand vous partez en vacances en été (quand il fait chaud), la basse température de stagnation apporte un gage de sécurité supplémentaire puisqu’on évite la surchauffe.

En cas de coupure de courant (si la pompe du système ne fonctionne plus) il ne peut pas y avoir de problèmes : tout est géré par la régulation naturelle du panneau !


5 réflexions au sujet de « Pas de surchauffe l’été avec le panneau DualSun ! »

  1. HISLER Gilbert

    Bonjour
    Les températures mesurées sur le panneau (variations annuelles de 30 à 75°c) ne reflètent pas la température réelle atteinte par l’eau qui passe au contact du panneau, ce qui implicitement veut dire que si sécurité, il y a, vous avez encore des progrès à faire au niveau de l’efficacité d’échange.

    Bonne recherche
    Salutations

    Répondre
    1. Alki Auteur de l’article

      Monsieur,
      Nous avons comparé notre solution de mesure de température à une sonde placée dans un doigt de gant (meilleure précision possible à ma connaissance pour connaître une température) et nous avons obtenu une bonne précision entre 1 et 2%.
      Donc oui, la température mesurée reflète bien la température réelle atteinte par l’eau dans les panneaux.

      Bonne journée
      L’Equipe DualSun

      Répondre
  2. AIMEDIEU

    « Donc oui, la température mesurée reflète bien la température réelle atteinte par l’eau dans les panneaux. » et « (note : les coefficients du panneau DualSun avec un vent à 0 m/s sont h0 = 0,578, a1 =12,08, a2=0,00001).  »

    Mais alors, quid de la vitesse de circulation de l’eau et de l’éventuelle régulation de celle-ci et du volume du tampon nécessaire et des conditions de refroidissement de celui-ci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *